Étape #4 Great Ocean Road
Étapes

Du 28/01/2014 au 04/02/2014

Sur la Great Ocean Road 1/2

Album: Great Ocean Road

Geelong (28/01/2014 – 29/01/2014)

Notre premier arrêt après Melbourne est Geelong. Les 80 km séparant ces deux villes ont été (pour le moment) les pires. Il faisait 43° à l’ombre ! La chaleur en voiture était insoutenable et les fenêtres grandes ouvertes ne laissaient rentrer que de l’air chaud et étouffant.

En arrivant à Geelong, nous nous réfugions au supermarché pour se mettre à l’abri de la chaleur, ça tombe bien nos réserves de nourriture commençaient à diminuer. On prend notre temps histoire que notre corps se remette de cette traversée brûlante.

Pour notre plus grande joie, la piscine de Geelong est ouverte jusqu’à 21h00, ni une ni deux, direction les grands bassins et une bonne douche pour se rafraichir. En ressortant de la piscine, la nuit commence à tomber et la température à baisser. L’air est enfin supportable. Nous nous installons dans un parc pour manger et dormir.

Le lendemain, c’est journée détente à Geelong. Nous flânons sur le front de mer très agréable surtout avec ce temps, ensoleillé et doux. En bord de plage, un bassin marin protégé permet aux baigneurs de nager en tout sécurité et de s’amuser sur les plongeoirs et îlots flottants.

L’une des particularités de la ville est qu’on n’y retrouve pas moins de 111 bornes d’amarrage en bois sculptées et peintes par un artiste australien. Ce sont tous des personnages colorés.

Une fois de plus, les sportives sont de sortie. Vers 17h00, les clubs de sport affluent sur le front de mer pour donner leur cours. Cours collectifs ou individuels, ils en profitent pour faire de la pub et installent leurs petits panneaux publicitaires sur la pelouse. Parcours santé, courses, abdos, pompes, tractions, … Tous le monde s’activent et les coachs crient pour encourager leurs élèves.

Deux heures plus tard, on serait presque fatigués nous-mêmes pour avoir vu autant de personnes transpirées tout autour de nous ! Alors place à notre premier barbecue australien. Il y a des barbecues publics partout en Australie avec points d’eau et tables de pique-nique.

Les australiens sont réputés pour être les rois du barbecue, sans vouloir les contredire nous avons été surpris de constater que leur barbecue étaient exclusivement des barbecues électriques … ! Bref, nous nous intégrons donc à la mode australienne et nous faisons cuire nos pommes de terre et nos saucisses. Dîner réussi et en plus économie de nos bouteilles à gaz !

 

Ocean Grove – Barwon Heads – Torquay – Bells Beach – Point Addis
(30/01/2014 – 31/01/2014)

Le lendemain, on longe une partie de la péninsule de Bellarine en passant par Ocean Grove et Barwon Heads. Petites villes offrant de très jolis points de vue.

Puis, nous arrivons à Torquay, la ville du surf par excellence qui attire les surfeurs du monde entier puisque la ville accueille depuis plus de 50 ans la plus vieille compétition de surf au monde : la Rip Curl Pro. C’est également dans cette ville que Quicksilver et Rip Curl ont vu le jour.

Une partie de la ville – Surf City – regroupent toutes les grandes marques de surf. Nous faisons un tour chez Quicksilver, Roxy et Rip Curl où les prix sont bien plus attractifs qu’en France. Des rangées entières sont consacrées aux planches de surf. Il faut compter entre 350 à 1200 dollars pour une planche neuve. Des planches d’occasion sont en vente avec des prix qui débutent à 200 dollars. Pour nous, ce sera juste tongs Roxy et maillot de bain Rip Curl !

Nous nous endormons à quelques mètres de la plage de Torquay au bord d’un petit bras de mer. Malgré, les dunes qui nous séparent de la mer, le bruit des vagues nous berce.

Le jour suivant, nous nous rendons à Bells Beach. L’endroit exact où se déroule la compétition Rip Curl Pro. L’une des traditions du tournoi est de faire résonner chaque matin la chanson d’AC/DC : « Hells Bells ».

Bells Beach vous rappelle peut-être quelque chose… Dans le célèbre film Point Break avec Keanu Reeves et Patrick Swayze, la scène finale est censée se dérouler sur cette plage.

Oui « censée » car en réalité la scène a été tournée aux Etats-Unis dans l’Oregon.

Nous nous installons quelques temps pour admirer les surfeurs prendre avec aisance les vagues, nous pourrions rester là des heures entières mais nous poursuivons notre route.

Nous nous arrêtons un peu plus loin pour entreprendre la Koori Cultural Walk. Une petite randonnée escarpée avec des panneaux tout le long expliquant l’ancien mode de vie des aborigènes. Cette marche nous a amené à un magnifique point de vue : Point Addis.

C’est à Torquay que se trouve le point de départ de la Great Ocean Road. Cette route mythique qui s’étend sur 243 km tout le long de la côte et qui offre de magnifiques paysages. C’est donc à partir d’ici que notre virée sur la Great Ocean Road débute.

Lorne (du 31/01/2014 au 02/01/2014)

Petite ville de bord de mer, Lorne est très touristique et accueillent familles et touristes se lançant sur la Great Ocean Road. Nous y arrivons le soir et mangeons face à la plage en compagnie de koalas et de cacatoès.

Nous entamons la journée en s’éloignant un peu de la ville pour rejoindre Erskine Falls dans le Great Otway National Park. Un endroit isolé avec de magnifiques chutes d’eau. Un premier point de vue est facilement accessible, il faut ensuite descendre 250 marches en pierre pour se rendre au pied de la chute principale de 30 mètres.

On s’approche en bas de la cascade bordée de gros rochers, de troncs d’arbres et de grandes fougères. Plusieurs panneaux préviennent des éventuels dangers, tel que les serpents. Heureusement, aucun n’a pointé le bout de sa langue. Le point de vue est grandiose. Nous restons quelques temps au pied de la chute.

De retour à Lorne, il est plus que temps d’acheter notre outil de glisse : un bodyboard et d’aller le tester dans les minutes qui suivent. Alexandre m’initie à ce sport de glisse. Au bout de quelques instants, le coup est pris. On prend la vague avant qu’elle ne se brise et on glisse à toute vitesse sur d’énormes rouleaux qui nous ramènent en quelques secondes au bord de la plage puis on recommence !

Nous passons une seconde et dernière nuit à Lorne.

Comme nous nous éloignons des grandes villes, il y a de moins en moins de pollution lumineuse et on découvre chaque soir un ciel comme jamais nous l’avons vu auparavant. Nous pouvons voir beaucoup plus d’étoiles. C’est impressionnant et on se sent tout petit.

Du 02/02/2014 au 04/02/2014

Sur la Great Ocean Road

Album: Great Ocean Road

Kennett River – Les 12 Apôtres – Johanna Beach – Port Campbell – Warrnamboll
Du 02/02/2014 au 04/02/2014)

Après le petit-déjeuner, nous partons sur les routes sinueuses longeant la mer. Eaux turquoise, falaises, criques, les paysages défilent et sont toujours aussi beaux.

Nous faisons un petit stop dans le petit hameau de Kennett River afin d’observer des koalas. Tous endormis dans les arbres, ils ne remarquent même pas notre présence. Des lorikeets font leur apparition, ils ne sont pas du tout sauvages et viennent manger dans le creux de nos mains.

On poursuit cette belle route, cette fois une partie de la route se fait dans les terres agricoles et le spectacle est toujours aussi beau. Nous traversons des forêts aux senteurs d’eucalyptus.

Nous faisons un second stop à Johanna Beach connue pour accueillir la Rip Curl Pro lorsque les vagues de Bells Beach sont trop calmes. On comprend vite pourquoi, d’ailleurs la baignade est à proscrire. Les vagues sont denses, très rapprochées les unes de autres et puissantes.

Notre journée se termine sous la chaleur au point le plus attendu et connu de la Great Ocean Road : Les 12 Apôtres.

Les 12 Apôtres sont des piliers en calcaire qui étaient reliés au continent il y a des millions d’années. Les vagues et le vent continuent à éroder ces piliers. La vitesse d’érosion est estimée à 2 cm par an. Les tours subissent en continu les méfaits de l’érosion et en réalité, il ne reste plus que 8 Apôtres. La dernière chute date de 2005 et un pilier de 50 mètres s’est écroulé. C’est le fait qu’elles soient autant rapprochées qui fait la curiosité de ce site. Il existe de nombreuses autres tours de calcaire sur cette route mais moins hautes et fines et plus espacées.


Arrivés sur les lieux à 17h00, de nombreux bus de touristes sont là. Des hélicoptères décollent à quelques mètres de nous afin de survoler le site. Un chemin nous amène au point de vue. La vue est absolument splendide ! On a le sentiment d’être au bout du monde. Les vagues fouettent les tours et nous apercevons l’écume de l’océan au pied de ces énormes pierres.

 

Voilà pour la beauté du lieu et son aspect positif. Maintenant, nous devons aborder un autre point essentiel que vous devez savoir. Et oui, un point négatif de l’Australie notamment pendant ces températures chaudes. Ce point, que nous considérons comme le fléau de l’Australie : LES MOUCHES ! Les mouches qui sont une dizaine à tourner autour de votre visage et encore des dizaines à venir se poser sur le reste de votre corps ! Un enfer devant un paysage si beau !

Nous admirons quelques minutes le paysage, puis nous allons dormir à 10 km de là, à Port Campbell. Nous décidons de revenir à nouveau sur les lieux tôt le lendemain matin pour éviter – espérons-le – les mouches et les bus de touristes.

Malgré une nuit étouffante et une douche improvisée à une heure du matin dans la rue pour tenter de pouvoir dormir, nous nous levons à 6h30 pour retourner voir les 12 Apôtres. Cette fois-ci, nous sommes quasiment seuls à admirer les gros cailloux.

Et les mouches alors ?! Ben… il y en a toujours autant, mais ce matin, elles sont calmes et viennent (juste) se poser sur nous sans trop nous embêter.

La suite et fin de la Great Ocean est toujours aussi impressionnante. Nous nous arrêtons à Lord Arch Gorge. L’érosion a créé une avancée de mer entre les falaises.

En plus de la beauté du site, l’endroit est marqué par l’histoire du Loch Ard qui a échoué en 1878 sur cette côte. Le bateau voyageait depuis 3 mois depuis l’Angleterre et devait arriver à Melbourne. Sur 54 passagers seuls 2 jeunes ont survécu. Tom, âgé de 15 ans, apprenti d’un navire, qui a été ramené par les vagues jusqu’à la plage. Ce dernier entendit les pleurs d’Eva, une immigrante irlandaise qui ne savait pas nager, bloquée dans la mer sur un débris du bateau et nagea jusqu’à elle pour la sauver. Tom sorti ensuite de la gorge pour donner l’alerte aux agriculteurs locaux. Une tentative de sauvetage a été mise en place tout de suite mais aucun survivant n’a été retrouvé.

Nous nous rendons ensuite au London Bridge avec son arche de calcaire naturelle.

A l’origine, les deux parties des roches formaient un pont. En 1990, l’une d’elle s’est effondrée bloquant 2 touristes sur la roche la plus avancée. Ces derniers ont été secourus rapidement par hélicoptère.

Voilà pour les petites histoires. A l’approche de la fin du parcours, nous roulons au côté de Bay of Islands où d’autres roches sont détachées du reste du continent.

Nous achevons cette célère route en arrivant à Allansford. C’est ici même que la Great Ocean Road touche à sa fin. Nous nous arrêtons face à l’usine de fromage de la ville et visitons le musée qui lui est consacré. Une dégustation de fromages fait découvrir à nos papilles les spécialités de l’usine, cependant aucun fromage ne nous enchante vraiment.

Nous terminons la Great Ocean Road avec de beaux souvenirs en tête et nous nous endormons à Warrnamboll devant la mer.

Vidéo liée à cet article Arrow

Nous remercions tous
nos sponsors

Retour en Haut