Étape #5 Adélaide
Étapes

Du 04/02/2014 au 09/02/2014

Sur la route d'Adélaïde

Album: Adélaïde

Après un peu moins de 200 km et quelques pauses, nous quittons l’état du Victoria pour le South Australia (= l’Australie Méridionale).

Lors de ce changement d’état, plusieurs grands panneaux indiquent : « Fruits, légumes, pieds de vigne, plantes sont interdis ».

Cette mise en quarantaine est obligatoire sous peine d’amende et une grande bene se trouve au milieu de nulle part afin de jeter tout ces produits.

Nous arrivons ensuite à Mount Gambier. Avec 24 000 habitants, c’est la seconde ville du South Australia et la plus peuplée après Adélaïde.

La première et importante étape de ce stop est de s’occuper de quelques formalités au sujet du van.

Pour faire simple, l’équivalent de notre ancienne « vignette française » touche bientôt à sa fin, nous devons donc réenregistrer le véhicule auprès du gouvernement australien.

Normalement, nous devons le faire sur internet auprès de l’état du New South Wales – état où est immatriculé le véhicule – cependant les frais sont très élevés pour cet état alors nous avons décidé de refaire immatriculer Wilson dans le South Australia avec de nouvelles plaques ! Les frais du South Australie étant beaucoup moins élevés.

En une demi-journée, le tour était joué et Wilson porte un nouveau nom de famille !

A la suite de cette petite mise au point, nous passons par Garden Cave, un gouffre de 50 mètres en plein centre-ville de Mount Gambier. Autrefois une source d’eau, elle a maintenant été aménagée pour s’y balader.

Nous enchaînons avec la visite d’une seconde grotte plus impressionnante : Umpherston Sinkhole.

Une grotte formée par la dissolution du calcaire. Des escaliers descendent jusqu’au fond du gouffre décoré d’un joli jardin. Des panneaux préviennent « Attention aux abeilles », nous comprenons mieux lorsque l’on aperçoit les énormes ruches d’abeilles le long des parois de la grotte. Mais pas de risque, elles sont trop occupées pour nous embêter. Nous restons un peu là, cet endroit est un bon abri contre la chaleur.

Le jour d’après, nous visitons la curiosité principale de Mount Gambier : Le Blue Lake.

Comme son nom l’indique, le lac est bleu, très bleu ! D’après les scientifiques, cette couleur est due à de petits cristaux de calcite qui se forment durant les mois chaud. En effet, le reste de l’année, le lac est gris acier. Ce volcan éteint fait 70 mètres de profondeur. La surface de l’eau n’est pas accessible, nous faisons le tour du lac afin de l’admirer sous plusieurs points de vue, rien à dire il est vraiment très bleu !

Nos visites à Mount Gambier terminées, nous sommes à nouveau sur la route en direction d’Adélaïde.

Nous traversons durant des kilomètres et des kilomètres d’immenses forêts artificielles où des milliers d’arbres sont plantés en ligne bien droite.

Nous nous arrêtons pour dormir à Beachport et par la même occasion pour explorer un peu ce village de 900 habitants. En montant sur les collines de la ville, nous surplombons la mer et un superbe point de vue s’offre à nous.

Nous nous couchons face à la jetée de la ville longue de 800 mètres, dommage que le temps soit un peu couvert.

Pour le petit déjeuner, nous nous installons au bord du lac Siloam avec une eau 7 fois plus salée que celle de l’océan. Grâce à l’heure matinale, nous avons la chance d’observer quelques kangourous se promenant au bord du lac.

Nous quittons ensuite Beachport et traversons Kingston SE où se dresse un énorme homard de 17 mètres : Harry The Lobster. Ce village accueille chaque année le festival de la langouste.


La journée se termine à Meningie, un minuscule village où nous passons notre dernière nuit avant d’arriver à Adélaïde.

Du 09/02/2014 au 15/02/2014

Adélaïde et ses environs

Album: Adélaïde

Nous arrivons le 9 Février au soir à Adélaïde, capitale du South Australia.

Nous traversons la ville afin de s’excentrer et de trouver un endroit où dormir. Nous allons en bord de plage à Port Adélaïde. Aucun panneau n’interdit d’y passer la nuit et d’autres vans sont présents.

Après manger, alors que nous étions déjà dans le lit à bouquiner, la porte ouverte, un ranger vient nous voir et nous dit gentiment qu’il est interdit de passer la nuit dans son véhicule à cet endroit. Nous risquons de prendre une amende. Pas de problème, nous nous enfonçons dans des rues résidentielles et nous passons notre première nuit à Adélaïde tranquillement.

Au programme de la journée, découverte d’Adélaïde. Nous commençons par le South Australian Museum qui nous en apprend un peu plus sur la culture des aborigènes. Beaucoup d’objets sont exposés et nous expliquent le mode de vie de ce peuple. Le musée est complet et incontestablement plus riche que celui de Canberra.

Après avoir mangé quelques sushis, nous nous rendons à l’Art Gallery of South Australia. La galerie regroupe des œuvres australiennes, asiatiques, islamiques et européennes. Cependant, rien ne nous a vraiment enchantés, les œuvres étaient dans le désordre et le musée est assez petit.

Après s’être balader le long de la plage de Glenelg, nous passons au supermarché afin de s’acheter du poisson frais et de le cuisiner au bord du port où nous sommes seuls sur un petit parking. A 22h00, nous nous endormons et à 23h45, grand coup de stress !

Nous nous faisons réveiller par des coups donnés sur la carrosserie du van et par la lumière d’une lampe torche qui traverse nos rideaux. Affolés, nous jetons un coup d’œil à l’extérieur et apercevons la voiture d’un ranger.

Nous ouvrons alors la porte, le ranger nous présente sa carte et nous demande de partir sous peine d’amende. Il n’y avait pourtant aucun panneau qui interdisait notre stationnement. Nous roulons donc quelques kilomètres et trouvons un autre spot plus sûr.

Décidément, à Adélaïde, il y a une vraie traque aux backpackers ! Jamais 2 sans 3, alors espérons que la nuit prochaine sera plus calme.

Après cette nuit un peu agitée, direction le Central Market et ses produits frais. Bien plus petit que les marchés de Sydney et Melbourne, le marché d’Adélaïde affiche des prix moins élevés excepté pour le poisson qui est hors de prix comparé à ce qu’on a pu voir auparavant.

Chinatown étant collé au Central Market, nous faisons un petit tour dans le quartier et par la même occasion Alexandre en profite pour aller se faire couper les cheveux. Pas très rassuré au départ par les coups de ciseaux de la chinoise, le résultat final est parfait !

Nous allons ensuite au National Wine Centre of Australia. La région d’Adelaïde est réputée pour ses vallées de vignes et ses vins, nous prenons quelques renseignements au centre afin de programmer notre parcours viticole.

Programme des prochains jours : descendre au sud sur la Péninsule de Fleurieu pour se baigner et faire du snorkeling. Puis, monter au nord d’Adélaïde pour visiter la Barossa Valley.

 

Péninsule de Fleurieu (12/02/2014 – 13/02/2014)

A quelques kilomètres au sud d’Adélaïde se trouve la Péninsule de Fleurieu.

Nous nous arrêtons à Port Noarlunga et nous nous garons au bord de la plage.

Il est 18h00 et il fait encore 40 °C, la baignade s’impose. Nous nous baignons dans une mer sans vague, aussi calme qu’un lac. Dans l’eau, nous admirons le coucher de soleil à l’horizon.

La nuit a été difficile et la température n’a pas vraiment baisser, heureusement que les douches n’étaient pas loin pour se rafraichir.

Le lendemain, un australien s’approche de notre van et nous demande si nous passons un bon séjour. Nous discutons un peu avec lui et il nous apprend que ces températures élevées sont exceptionnelles.

Après notre petit-déjeuner, nous allons à quelques mètres de là, sous la jetée de la ville pour faire du snorkeling.

Nous nous équipons : crème solaire, masques, tubas, gants et chaussons de plongée.

Autour de la jetée, il y a des tas de récifs pour admirer les poissons ou pour d’autres, les pêcher. Nous découvrons des poissons jaunes et noirs, des crabes, des soles qui se dissimulent sous le sable. Nous nous retrouvons même au beau milieu d’un banc de poisson. Tous se laissent approcher et n’ont pas peur de nous.

La plongée est calme et reposante. Nous avançons dans un profond silence avec le seul son de notre respiration.

Nous continuons un peu vers le sud en se rendant à Port Aldinga mais le temps se gâte, nous regardons la météo pour prévoir la suite de notre parcours sur la péninsule. Malheureusement, on annonce de grosses averses et des orages pour les 3 prochains jours.

Nous décidons donc de rebrousser chemin et de repartir au nord d’Adélaïde.

 

Barossa Valley (13/02/2014 – 15/02/2014)

Barossa Valley est l’une des régions viticoles la plus connue d’Australie. Les vignes s’étalent sur 14 km de long et 13 km de large et produisent différents cépages tels que la syrah, le riesling, le chardonnay, le cabernet sauvignon ou encore le merlot. Autrement dit, des noms rappelant fortement nos vins français.

Comme prévu à la météo, notre arrivée se fait sous la pluie et notre première journée aussi.

Avec ses grosses averses, ce sera notre première journée passée exclusivement à bord du van. Au programme, lecture, planning de la suite du périple et films. Nous regardons donc The Hobbit bercés au bruit des gouttes d’eau qui tombent sur le toit du van.

Nous nous préparons à manger rapidement à l’abri du coffre et pour le soir du 14 Février, nous allons manger des hamburgers maison au café d’en face. Classe, non ?

Après avoir été enfermés un peu plus d’une journée dans le van, le temps s’éclaircit un peu, c’est le moment de se diriger vers les châteaux pour des dégustations. De grandes vallées de vignes s’étalent tout autour de nous.

Notre premier domaine est Rockford Barossa.

Nous entrons dans un petite cave avec des tonneaux en bois suspendus au plafond. Il y a quelques personnes et un des hôtes vient nous accueillir pour nous faire déguster ses vins. Nous commençons par quelques vins blancs doux – Riesling et Frontignac – et nous enchainons sur des vins rouges – Syrah et Cabernet Sauvignon.

Les vins sont jeunes et manquent un peu de douceur. Nous avons également goûté à l’une des spécialités du château le Sparkling Black Syrah, qu’ils définissent comme un champagne au syrah. Mais, nous ne sentions que les bulles.

Après ces dégustations et avant de reprendre la route vers un autre domaine, nous nous asseyons à l’arrière du van pour manger un peu de fromage… Et on se rend compte que pour les prochaines dégustations, nous allons devoir cracher le vin car de la route nous attends … Dommage !

C’est au Château Tanunda que nous poursuivons notre circuit viticole. Le château est immense et joli et nous sommes étonnés d’y voir flotter un drapeau chinois au-dessus.

Nous nous installons au bar du domaine. Nous avons de la chance la dégustation est encore gratuite. Nous goûtons une vingtaine de vins rouges différents.

Nous parlons un peu avec la serveuse pour en savoir plus sur leurs méthodes de production et la particularité des vins. Surpris par le fait de ne voir que des bouteilles sans bouchon e liège mais des bouchons à vis, la serveuse nous expliquent que c’est plus pratique car il n’y a pas besoin de tire-bouchon et que les australiens préfèrent ce mode d’ouverture. De quoi choquer les puristes !

Puis, nous lui demandons si le propriétaire du domaine est chinois car nous avons vu le drapeau du pays sur le château. Elle nous répond : « Le propriétaire est suisse, mais nous avons beaucoup de touristes chinois et ils nous rapporte beaucoup d’argent ! » Au moins, c’est franc !

Les vins étaient bons mais une fois de plus trop jeunes et du coup un peu trop acides parfois. La plupart ne se gardaient pas longtemps, seules deux bouteilles de la sélection pouvaient se garder maximum 10 ans.

Nous visitons encore quelques château, et terminons la matinée en mangeant un fish’n’chips.

L’après-midi, nous nous mettons en route pour Port Augusta à 300 km au nord-ouest d’Adélaïde.

En vrac :

  • Les bibliothèques ont des airs de cyber café. Les australiens viennent pour se connecter à internet. On peut aussi louer des DVD et des CD ou encore jouer à la Playstation ou la Xbox ! Eh oui, ici les forfaits tout illimités sont très chers !
  • Il n’y a aucun alcool dans les rayons des supermarchés. Pour en acheter, il faut aller dans un liquor store, magasin exclusivement réservé à la vente d’alcool
  • Certaines plages sont accessibles en voiture. On peut se garer au bord de l’eau sur le sable et la limitation de vitesse est de 10km/h
  • En Australie, vous pouvez faire personnaliser votre plaque d’immatriculation. Vous choisissez le nom et les couleurs. Le prix se situe entre 100 et 400 dollars en fonction des couleurs et du nombre de lettres et/ou numéros. Nous avons vu une plaque rose avec écrit « Star » ou encore une plaque bleu et argenté avec inscrit « REBEL ».
  • Nous avons vu deux étudiants de 15 ans (fille et garçon) nourrir au biberon un faux bébé dans le cadre de leur cours d’éducation parentale.
  • Au moment de payer vos courses au supermarché, la caissière demande systématiquement « Any cash out ? ». Comprenez : « Avez-vous besoin de retirer de l’argent ? ». En Australie, vous pouvez faire des retraits d’espèces auprès des caisses des supermarchés ou encore des bureaux de postes sans frais supplémentaire.
Retrouvez toutes les infos “En vrac” en cliquant ici !

Vidéo liée à cet article Arrow

Nous remercions tous
nos sponsors

Retour en Haut